Menu

Service client : Clément Emilie Alexandre au 05 63 51 18 26

mail
SOLDES D'ÉTÉ ! Profitez tout de suite de -10% sur TOUT le site avec le code CLAFETE22-->

Présentation de marque : Pirastro


Parce-que bien souvent, on vous a fait les éloges de Pirastro, cette marque dont le nom sonne joliment à l’oreille, vous aimeriez en savoir plus sur la manière dont elle a été créée ? Cela tombe bien car nous avons concocté pour vous cet article qui retrace l’histoire de cette famille dont le savoir-faire ancestral a été transmis sur six générations. D’autres marques ont également eu droit à leur article et c’est à cet endroit que vous retrouverez cette présentation de Pirastro, à savoir dans le guide violon.


Pirastro, un nom qu’on oublie pas


Tout commence à la fin du XVIIIème siècle dans la belle ville de Naples, en Italie. Dès son plus jeune âge, Giorgio Pirazzi découvre la fabrication de cordes lorsqu’il est envoyé à l’âge de 14 ans faire un apprentissage auprès de différents professionnels du métier. À l’aube de sa carrière, le jeune homme n’hésite pas à répondre aux opportunités qui s’offrent à lui quand bien même il doit quitter sa terre natale. L’indépendance au même titre que l’autonomie financière sont des moteurs qui l’encouragent à saisir sa chance malgré les obstacles. C’est donc naturellement qu’il se fraye un chemin entre les autres artisans allemands peu de temps après son installation dans ce pays, qui de toute évidence, ne facilite pas la tâche aux nouveaux arrivants en quête d’entrepreneuriat. Mais les rencontres vont bon train et Pirazzi ne tarde pas à trouver un emplacement pour son entreprise qu’il va construire à Offenbach. L’italien choisit de s’installer près d’une rivière, condition sinéquanone pour pouvoir travailler le boyau en vue de concevoir les cordes.


Pirazzi devient Pirastro lorsque les partenaires décident de combiner les lettres de leurs noms ensemble : le nom du fondateur est associé à celui de Strobel, un partenaire commercial que le petit-fils de Giorgio a engagé pour s’associer avec lui. C’est la fin du XIXème siècle et les résultats des ventes sont de plus en plus satisfaisants si bien que le fils de Gustav prend la succession de cet ami lorsque celui-ci meurt. Mais c’était sans compter les dégâts engendrés par les bombardements pendant la Seconde Guerre Mondiale qui mettent un terme à cette collaboration. L’entreprise est détruite mais les efforts de nos protagonistes pour relancer l’activité ne sont pas vain puisque les locaux sont reconstruits moins d’une trentaine d’années après la fin du conflit entre l’Axe et les Alliés. Les affaires reprennent de plus belle au point que rapidement, c’est une deuxième usine qui a été mise en service.


Du boyau au nylon il n’y a qu’un pas mais de nombreuses éloges…


Plus de deux décennies s’écoulent avant que les parents de la directrice générale actuelle (qui n’est autre qu’Anette Müller-Zierach) se lancent dans les recherches de matériaux synthétiques et ce dans le but de répondre aux attentes les plus exigeantes des musiciens. La carrière de cette dernière lui vaut de faire partie de la sixième génération de cette famille qui prend en charge la gestion de l’entreprise dont le nom est connu mondialement. L’avènement du web et de l’Internet est, à cette époque, en train de se dérouler sous les yeux du grand public et c’est en 1992 qu’Eva et Volker Müller-Zierach voient une véritable opportunité d’établir un contact direct avec leurs clients. Tonica sont les premières à sortir après que la relève ait été prise par les époux qui, en tout état de cause, ont vu juste.


Tonica, la référence des étudiants


Ce premier jeu fait encore et toujours l’unanimité auprès des étudiants et ce en raison de son prix plus qu’abordable. Le son est chaud en plus d’être équilibré et ce constat s’observe dès l’instant où la mèche de l’archet rentre en contact avec les cordes y compris lorsque ce dernier est maintenu avec la main gauche. La boutique de violon.com donne accès à la nouvelle version des Tonica, une référence qui a bénéficié d’améliorations considérables et notamment au niveau de la projection et… de la brillance ! Très résistantes, elles sont insensibles aux variations de température et à l’hygrométrie grâce à l’âme en nylon qu’elles protègent.


Le regretté Aaron Rosand, violoniste pendant près de 80 ans et dont le succès européen était à son apogée pendant les années 60 et 70, affectionnait particulièrement celles-ci au point de les recommander à ses étudiants de l'institut Curtis à Philadelphie.


Obligato, un cran au-dessus en termes de qualité avec la fibre synthétique


S’en est suivi des Obligato dont le noyau se compose d’un matériau lui aussi synthétique mais d’une qualité supérieure. Il s’agit, en effet, d’une âme multifilament moderne grâce à laquelle on obtient un son plein et chaud mais aussi et surtout une stabilité d’accord idéale. La richesse des harmoniques est telle que la gamme dynamique a été vue quasiment nulle par ailleurs au moment de sa sortie en 2000. Elles se jouent avec une facilité déconcertante et c’est sans surprise que l’archet reçoit une réponse immédiate avec ces cordes.


La violoniste allemande Teresa la Cour utilise ces dernières depuis son adolescence car définitivement conquise par la chaleur qu’elles confèrent au son. La musicienne utilise un instrument de quatuor qui date de l’année 1736 et pour cause : il est construit par Carlo Testore, un célèbre luthier italien dont le nom est connu notamment grâce au travail de son père Carlo Giuseppe.


Evah Pirazzi, un nom ancré dans l’histoire de la marque


La firme est en plein d’essor dés l’instant où le cœur en boyau des cordes est remplacé par de la fibre synthétique mais ce sont bel et bien les Evah Pirazzi qui leur permet de se démarquer de la concurrence et de très loin. L’introduction des cordes vertes aide au développement de leur chiffre d’affaires au point que le nombre d’employés augmente considérablement depuis 1995.


Entre les cordes vertes ou dorées, le choix est rude


Le packaging suscite immédiatement l’attention lorsqu’on aperçoit le visage d’une femme à l’allure de déesse. On s’interroge alors sur l’identité de cette femme que l’on devine s’appeler Evah mais pour autant, ce n’est pas l’exacte vérité… En réalité, il s’agit d’un portrait de la femme de Volker qu’il a lui-même dessiné. Mais alors, que fait la lettre H dans ce prénom ? Il s’agit tout simplement de la première lettre de celui du fils (et donc du frère d’Anette) que l’on a rajoutée pour la nomination de ces cordes incontournables car désormais connues de tous les professionnels du violon. Nous voilà donc avec les initiales des membres de la famille Pirazzi car le E fait référence à Eva, le V à Volker, le A à Anette et le H à Henning. Une empreinte indélébile qui s’inscrit dans l’Histoire de la lutherie et des instruments de quatuor.


Elles sont déclinées en 2014 dans une version encore plus prestigieuse grâce à un métal précieux qui n’est autre que l’or. La tradition familiale permet de mettre les Evah Pirazzi Gold sur le marché et de fournir des cordes d’une qualité exceptionnelle dans le sens où elles combinent leur puissance avec la chaleur des Obligato et même des Violino.


L’instrumentiste de l’année 2018 Augustin Hadelich cinq fois récompensé pour son talent de violoniste les a adoptées pour leur sonorité complexe mais aussi pour l’abondance de couleurs sonores qu’elles offrent. Elles traduisent fidèlement les impulsions les plus infimes de l’archet via des sonorités chaudes qui sont largement projetées. Joshua Brown a opté quant à lui pour celles dont la composition comporte de l’or et grâce auxquelles il s’est découvert un nouveau potentiel grâce à leurs incroyables capacités de résonance. La brillance est totale et l’amplitude est constatée sur tout le registre, un rêve donc pour les artistes qui jouent d’un instrument à cordes frottées.


Aricore ou la solution des voyageurs


Si la composition des Aricore comporte du métal, c’est bel et bien du polyester que l’on trouve dans l’âme de cette corde qui est synthétique. Ce matériau les rend insensibles à l’humidité, un avantage non négligeable pour ceux qui voyagent d’un pays à un autre dans le but d’assurer des représentations.


Le boyau : Un matériau intemporel pour conserver la tradition


Outre le choix d’un nouveau matériau pour la fabrication de ce produit phare qu’on leur associe, Pirastro est toujours considérée comme l’un des meilleurs fabricants de cordes en boyau. Pour autant, ils savent apprécier les avancées et saisir les opportunités que leur offrent les nouvelles technologies pour améliorer encore davantage la performance de ces cordes iconiques. Mieux encore, ils construisent eux-même les machines qui leur servent à relever ce défi.


Pour les amateurs de style baroque : Chorda pour vous répondre (ainsi qu’à votre violon)


La qualité de leur boyau est reconnue grâce à des références telles que les Chorda ou encore les Passione. L’une s’adresse aux musiciens dont le registre est ancien tandis que l’autre convient à ceux qui souhaitent modifier leurs sonorités à leur guise. Avec un répertoire qui s’étend sur plusieurs siècles, Théotime Langlois de Swarte a porté son attention sur les Chorda dans lesquelles il a trouvé la brillance et la résonance auxquelles il aspirait pour ses multiples interprétations. Son style baroque a fait l’unanimité lors de l’évènement consacré aux Victoires de la Musique Classique qui a eu lieu en 2020 si bien que le jury a jugé qu’il était la Révélation soliste international. La préférence de la violoniste russe plusieurs fois récompensée Alina Ibragimova s’est portée sur les Passione dans lesquelles elle puise les couleurs sonores qu’elle convoite pour ses interprétations.


Le métal filé autour du boyau : Le combo parfait pour les professionnels


Les Oliv sont également composés de boyau poli et enroulé de métaux précieux tels que l’argent, l’acier, l’aluminium et même l’or. Elles s’adressent à des profils divers parmi lesquels des professionnels peuvent trouver leur bonheur avec celles-ci au même titre que les amateurs. C’est le cas de Jonian Ilias Kadesha qui a pu développer son potentiel à partir du moment où il les a choisies pour son violon. Soutenu par l’association caritative britannique Young Classical Artists Trust depuis 2018, le trentenaire entretien depuis toujours une passion dont il a fait son métier.


Eudoxa-Aricore, un mix d’éléments pour créer une alternative au boyau


Parallèlement, une alternative au boyau existe en vue de satisfaire les attentes de ceux qui ne sont pas parfaitement à l’aise avec la fragilité de ces cordes. Elles sont à la fois riches et complexes et de telles avantages présentent aussi des inconvénients. L’entreprise a dont œuvré pour créer des cordes dont les caractéristiques se rapprochent le plus de celles qui sont les plus recherchées par les spécialistes. Eudoxa-Aricore protège un noyau en polyester qui offre un timbre sombre ainsi qu’une excellente résistance. L’humidité ne peut les détériorer c’est pourquoi elles présentent une longue durée de vie.


Le noyau en acier de Chromcor : Incontournable pour la fabrication de cordes


L’acier possède également sa propre gamme puisque les Chromcor sont fabriquées avec ce matériau. L’ajout de l’acier dans le bobinage permet d’obtenir non seulement un timbre clair mais également un son brillant. L’âme se présente sous la forme d’acier à filament unique autour duquel on trouve de l’acier chromé responsable de la brillance. Le cœur de Natalie MacMaster dont la carrière s’étend sur plusieurs dizaines d’années a été conquis par ces cordes et ce en raison de leur puissance et de la clarté du son.


Colophanes et épaulières signées Pirastro : Quand il y en a plus, il y en a encore


Considérés comme experts dans la fabrication de cordes de grande qualité, les membres de l’équipe de Pirastro sont pourtant sur tous les fronts. Déterminés quant au fait d’élaborer des produits qui répondraient à toutes les attentes des violonistes comme des altistes, ils offrent à ces derniers l’opportunité de s’équiper de colophanes comme de savon pour chevilles et même d’épaulières. En somme tout ce qu’il faut pour satisfaire les individus désireux d’obtenir un son parfait et dans les meilleures conditions possibles.


Pirastro, aussi expert dans les colophanes : Un défi qui était dans leurs cordes


Des références incontournables ont été déclinées de sorte à créer des colophanes qui matchent parfaitement avec celles-ci. Sans surprise, on y trouve la Evah Pirazzi Gold qui une fois appliquée sur les cordes du même nom amplifie les effets obtenus grâce à elles. Ceux qui vivent dans des pays pays trouvent chaussure à leur pied avec l’Obligato ainsi que la Tonica et c’est encore plus vrai s’ils ont choisi les cordes qui vont avec l’une des deux références. Avis à ceux qui sont dans le cas contraire : les membres de l’équipe de violon.com recommandent le fait de se tourner vers une foncé afin que celle-ci ne fonde pas au point de devenir inefficace voire caduque.


L’épaulière KorfkerRest : Un véritable bijou qui change la vie des violonistes


En ce qui concerne l’épaulière, Pirastro en a créé une de compétition. Le bois avec lequel elle a été fabriquée la rend tout d’abord élégante puisqu’il s’agit de bois d’érable qui s’accorde parfaitement la plupart des modèles d’instruments de quatuor et plus précisément leurs dos. Elle est aussi très pratique puisque pliable en plus d’être réglable. L’ergonomie a été vraisemblablement pensée dans les moindres détails sur cet accessoire étant donné qu’il ajustable que ce soit en largeur comme en longueur et même en inclinaison. La présence de caoutchouc n’est quant à elle pas superflue car ce matériau provenant du latex que l’on trouve dans certains végétaux protège efficacement le bois de votre violon. L’ensemble est protégé par un sachet dans la mesure où il s’agit d’un produit haut de gamme qui nécessite le plus grand soin. Sa légèreté contribue à ne pas encombrer le musicien outre mesure et pour cause : cette épaulière ne pèse pas plus de 30 grammes ce qui facilite grandement le transport de celle-ci dans l’étui.


Déjà 20 ans que la firme a été rebaptisée Pirastro GmbH, une indication qui désigne celle-ci comme étant une société à responsabilité limitée de droit allemand. À la fin du XIXème siècle, sa raison sociale portait le nom de Gustav Pirazzi & Comp. KG. L’intégration de la forte projection dans les Evah Pirazzi a donné un coup d’accélérateur dans leurs projets étant donné que le succès fut immédiat. Des clients des quatre coins du monde dont certains étaient déjà en contact avec le grand-père continuent de faire appel à leurs services des dizaines d’années plus tard. Pour toutes ces raisons et bien plus encore, violon.com met un point d’honneur à rendre accessibles un maximum de leurs produits via la boutique en ligne. Notre équipe est soucieuse quant au fait d’apporter à ses clients des réponses à leurs requête et à ce titre, nous restons disponibles du lundi au vendredi pour vous guider vers l’achat d’un élément qui vous permet de progresser dans la pratique du violon, de l’alto, du violoncelle ou de la contrebasse.


Vous pouvez également lire :


Article rédigé par Jordane le 3 juin 2022
 
  En cours de chargement...