Menu

Service client : Clément Emilie Alexandre au 05 63 51 18 26

mail
SOLDES D'ÉTÉ ! Profitez tout de suite de -10% sur TOUT le site avec le code CLAFETE22-->

Présentation de marque : Thomastik-Infeld


Ce sont plusieurs centaines de clients de notre boutique violon.com qui ont expérimenté leurs cordes et depuis plus d’un siècle, la marque Thomastik continue de faire parler d’elle même au-delà des frontières. On ignorait même pendant longtemps l’origine d’un tel succès et lorsqu’on la découvre, celui-ci prend tout son sens. Vous retrouvez cet article dans lequel nous vous racontons son histoire ainsi que ses valeurs dans notre guide violon, une page destinée à répondre à toutes les interrogations des internautes en termes d'utilisation et de choix d'instruments de quatuor et de ses accessoires.


Thomastik-Infeld, précurseur de l’innovation dans la fabrication de cordes : Un succès toujours établi près d’un siècle plus tard


Bien plus qu’une carrière dans la lutherie, c’est une véritable expertise dans l’ingénierie qui s’est associée au projet lequel consistait à fabriquer des cordes d’un tout nouveau genre. L’objectif consistait, en effet, à ouvrir le champ des possibles de ces musiciens. Dès le départ, le métal représente le matériau de prédilection puisque c’est celui-ci qui garantie une résistance à toute épreuve. L’alternative au boyau fait de l’ombre à celui qui est utilisé depuis des siècles et notamment par les violonistes les plus expérimentés. En effet, les cordes en boyau sont aussi satisfaisantes qu’elles ne sont difficiles à jouer car outre la chaleureuse sonorité qu’elles produisent, elles requièrent une certaine dextérité en raison du manque de stabilité au niveau de l’accordage. Il fallait donc trouver un substitut qui permettrait de faciliter la tâche à ceux qui désirent apprendre à jouer d’un instrument à cordes.


C’est en 1921 que les deux métiers décident de ne faire qu’un de sorte à ce que l’entreprise autrichienne Thomastik-Infeld voit le jour à Viennes. Quelques années suffisent pour constater l’engouement de ceux qui frottent les cordes lorsqu’arrive la première gamme en métal sur le marché. Elles sont enroulées de fil plat autour d’un noyau en acier depuis que Franz Thomastik a déposé le fameux brevet qui a révolutionné l’industrie de la lutherie. L’homme est titulaire d’un doctorat en philosophie en plus de sa casquette de luthier et sa démarche entrepreneuriale a changé la vie de nombreux artistes y compris de célébrités. Ce n’est plus seulement l’Europe qui voit ces productions être exportées vers différents pays. Les États-Unis, eux aussi veulent faire profiter les mélomanes de la qualité de ces cordes tout droit venues de l’autre côté de l’océan.


De Spirocore à Dominant… une évolution fulgurante


Mais l’un des deux protagonistes disparaît et la gestion de cette société florissante est laissée à Otto Infeld jusqu’en 1951 puisque c’est à ce moment là qu’il décède à son tour. L’homme s’en va en laissant à la population une corde à âme spiralée superflexible qu’il a su développer lui et ses employés grâce à machines qui sont conçues en interne. Il s’agit des incontournables Spirocore.


L’innovation de leur offre repose sur la composition d’une corde qui fut la première à posséder une âme en acier. La résistance change véritablement la donne et la musique devient alors beaucoup plus accessible. Un nouveau public est conquis et les ventes ne cessent d’augmenter même après plus d’un siècle et pour cause : ce sont la femme et le fils d’Infeld qui se chargent de gérer l’entreprise familiale depuis qu’il a fallu reprendre le flambeau. C’est elle d’ailleurs qui est à l’origine du nom de l’une références les plus durables en termes de solidité, à savoir la gamme Dominant.


Chaque jeu présente des cordes dont l’âme en nylon est enroulée d’acier et ce que l’on peut dire c’est que le résultat est stupéfiant. La corde tient non seulement son accord mais elle brille également par ses couleurs tonales c’est pourquoi elles sont considérées comme étant les plus jouées au monde. Un demi-siècle qu’elles existent et connaissent les éloges de la part de milliers de musiciens. L’occasion est rêvée en 2021 de leur proposer une version remasterisée de ce produit phare de la marque en lançant les Dominant Pro. La puissance est telle qu’il n’y a plus de limite pour les violonistes qui jouent sur des violons entiers et ce qu’on croyait relever du génie est encore amélioré.


Une innovation sur-mesure : À chaque profil de musicien, son style de cordes représentée dans une gamme


À ce jour, Thomastik-Infeld dénombre 200 salariés dont l’implication permet d’exporter vers plus de 80 pays la production de cordes dont l’âme est tantôt en acier, tantôt en spirale ou même encore hexagonale. Les États-Unis et la Grande Bretagne furent les marchés les plus importants avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale et c’est en 1946 que les affaires purent reprendre. Elles ne cessent de présenter des résultats gratifiants grâce à la succession de plusieurs membres de la famille qui ont su rendre l’entreprise pérenne. Pour preuve, plus de 80 brevets sont en leur possession et ont été déposés pour la fabrication de nouvelles cordes.


L’innovation représente non seulement un enjeu mais aussi un défi de taille que la famille Infeld a su relever avec brio. L’esprit visionnaire du père fondateur et de son équipier Franz Thomastik n’a pas seulement permis de générer du progrès mais aussi de répondre aux besoins de tous en matière de musique sur des instruments à cordes. Les gammes sont diverses et variées et conviennent à des styles différents comme l’explique clairement certains artistes.


Le violoniste Gabe Terracciano plusieurs fois récompensé affectionne particulièrement les « Vision », une référence de cordes dont nous disposons en plusieurs tailles et qui lui offrent un son à la fois chaud et brillant mais surtout concentré. Le résultat est d’autant plus appréciable lorsqu’il est en représentation et l’artiste américain les considère comme ses favorites.


Les Infeld bleues et rouges, quant à elles, sont très appréciées par le violoniste Kev Marcus du groupe américain de hip-hop Black Violin lequel a été sollicité par le manager d’une célèbre chanteuse de soul, à savoir Alicia Keys. Les instruments électriques qu’ils utilisent sont équipés avec ces jeux dont les sonorités sont réputées pour leur puissance, leur chaleur et leur audace. Un son qui reflète le caractère atypique de cette intégration du violon dans un art de rue et qui a su attirer l’attention du public.


Mais alors, quelles différences entre ces deux couleurs ? Les rouges produisent un son plus chaleureux et même plus sombre tandis que les bleues profitent d’une meilleure projection ainsi que d’une brillance davantage affirmée. Si vous êtes gaucher, ces cordes représentent un excellent choix car une forte projection n’est plus un frein en termes de jouabilité. Elles sont conçues de sorte à ne plus être raides que ce soit dans une main comme dans une autre.


Enfin, la gamme Precision parle d’elle-même puisque ces cordes offrent une son brillant et ce en raison du noyau en acier solide. Le prix est aussi raisonnable que la corde est durable puisqu’elle a évolué au fur et à mesure des années depuis qu’elle a été créée en 1920. Elle est disponible en plusieurs tensions et pour le plus grand bonheur des violonistes.


C’est ainsi que s’achève le résumé de cette épopée pendant laquelle Franz Thomastik, Otto Infeld et leurs familles n’ont jamais relâché leurs efforts pour construire un empire. Le savoir-faire a été transmis de génération en génération et l’innovation est de loin l’adjectif le plus représentatif qui les qualifie.


Vous pouvez également lire :


Article rédigé par Jordane le 2 juin 2022

 
  En cours de chargement...