Menu

Service client : Clément Emilie Alexandre au 05 63 51 18 26

mail
SOLDES D'ÉTÉ ! Profitez tout de suite de -10% sur TOUT le site avec le code CLAFETE22-->

La marque Kun


Parce-que le confort est, selon vous primordial surtout lorsqu’il s’agit de jouer d’un instrument de musique qui implique d’adopter une posture qui n’est pas naturelle, vous recherchez une marque spécialisée dans la fabrication d’épaulières et/ou de coussin de violon et d’alto ? Kun est un nom qui revient régulièrement aux oreilles de ceux qui recherchent la même chose que vous et à ce titre, violon.com est revenu sur l’histoire de cette marque Canadienne dont la réputation est connue dans le monde entier. Vous pouvez retrouver cet article au même endroit que ceux qui servent à présenter les marques que nous vous proposons via notre boutique en ligne, à savoir sur le guide violon.


Il était une fois Joseph Kun : L’homme qui change de continent pour repartir de zéro


Les musiciens faisant partie de l’orchestre du Centre d’art national de la ville d’Ottawa suscitent l’intérêt de Joseph Kun qui vient tout juste d’arriver de Tchécoslovaquie. Il a plus d’un tour dans son sac (ou plutôt dans son étui) et pour cause : son expertise en tant qu’archetier pourraient leur être bénéfique, selon lui. L’artisan âgé de 38 ans à ce moment là désire mettre ses compétences au service de ces violonistes mais aussi de ces altistes dont les instruments nécessitent un grand entretien voire même des réparations. Outre ses capacités en tant qu’auto-didacte, ce sont les cinq années pendant lesquelles il a été l’apprenti de Vladimir Pribyl qui lui ont permis d’accumuler nombre de connaissances avant de se mettre à son compte à temps partiel. La fabrication de violons et d’archets s’accordait parfaitement avec l’enseignement du violon qu’il prodiguait au Conservatoire de l’État tchèque durant une quinzaine d’années. Ces deux casquettes lui allaient comme un gant puisqu’il a obtenu son diplôme de violoniste en 1956 pour devenir, par la suite, directeur de pédagogie pour la Slovaquie.


L’épaulière pour violon : Oui, mais pas n’importe laquelle


Fouler cette terre promise ne représentait pas seulement un nouveau départ. Le temps passait et le luthier originaire de Košice voyait de plus en plus le fait de côtoyer de nouvelles personnes qui avaient la même passion comme une occasion de leur rendre service. Comment ? En améliorant leur confort de façon significative. L’idée d’une épaulière avait déjà fait son chemin avant qu’il ne prenne le large et, sans surprise, l’homme eu la présence d’esprit d’embarquer son prototype avec lui.


Les objectifs de l’artisan dont le but était de confectionner une épaulière adaptée reposaient, selon lui, sur les critères suivants :

  • La taille doit correspondre au mieux à la morphologie de l’utilisateur
  • Les qualités acoustiques ne doivent pas être impactées par l’installation du dispositif
  • Le choix des matériaux doit permettre de répondre à des attentes
  • Le produit doit être facilement transportable et ne doit pas encombrer le musicien

Kun Original : Un must-have dans la catégorie coussins et épaulières


Le projet se concrétise officiellement en 1972 grâce à la publication d’un brevet de conception, soit quatre ans après son arrivée au Canada. Coïncidence étonnante, c’est le quatrième jour de l’année soit le 4 janvier 1972, que l’épaulière Kun Original voit le jour.


Il s’agit du produit phare de la marque d’autant plus qu’il est fabriqué à la main. D’abord conçu pour s’adapter aux violons entiers avec lesquels jouent les musiciens qu’il avait rencontrés au Centre d’Art National, ce modèle présente la particularité de s’adapter à la morphologie de ces derniers mais aussi de tous les violonistes âgés à partir de 12 ans. Il est réglable en hauteur, en largeur et en inclinaison et ce afin d’obtenir la posture la plus confortable qui soit. La mousse à haute densité permet de poser la caisse de résonance en toute confiance car avec cet accessoire les douleurs disparaissent. Plus d’irritation causée par les frottements de la peau contre le bois, plus de gêne occasionnée par la surface rigide contre le haut du corps ni même de raideur à ce niveau là. L’épaulière nommée « Original » change définitivement la vie de ces passionnés du violon et de l’alto.


Joseph et Marina Kun : Une rencontre prolifique pour l’avenir de l’entreprise


Un bel avenir semble se profiler pour Joseph qui, en plus de constater le fait son idée rend l’effet escompté, rencontre sa femme Marina pendant cette période. Celle-ci va l’aider à se démarquer de la concurrence et, bien évidemment, développer son entreprise. La pérenniser, même. Les affaires marchent dans la mesure où le visionnaire a bien cerné les attentes de ses prospects.


L’ergonomie est le maître mot de sa stratégie et l’homme s’en tient à concevoir des épaulières à la fois simples d’utilisation mais aussi et surtout durables, qui plus est à un prix abordable. La question de l’adaptation de ses créations sur les instruments dont la taille convient à un enfant se pose d’elle-même et Kun n’a pas de mal à développer un produit qui prend en compte cet aspect. Un modèle pliable sera d’ailleurs mis sur le marché en 1993 afin de rendre celui-ci indispensable pour les petits comme pour les grands. Il s’agit de Kun Collapsible.


La simplicité est de mise et chacun doit pouvoir trouver ce qu’il recherche dans les produits de cette marque, selon l’entrepreneur. Si cette stratégie fonctionne c’est avant tout parce-que les amateurs comprennent sans difficulté le fonctionnement de cette épaulière tandis que les professionnels voient en elle un gain de temps et d’énergie. Le confort des instrumentistes est amélioré sans impacter la qualité du son. En effet, le choix du bois et des matériaux a fait l’objet d’une sélection drastique car les essences ne sont pas les mêmes pour tous les modèles. Aussi, chacune apporte sa contribution en ce qui concerne la qualité de l’accessoire.


Bien que très investi dans son activité, Kun n’a pas renoncé au fait de fabriquer des archets tous aussi performants les uns que les autres. Une médaille d’or lui est d’ailleurs décernée lorsqu’il participe au concours de la société américaine du violon qui a eu lieu en Californie en 1978. Il en remporte trois autres quatre ans plus tard avant d’enchaîner sur l’organisation d’une convention dans les locaux même de l’entreprise. Tout s’enchaîne alors car son talent est reconnu par les plus grands luthiers de la planète qui n’hésitent pas à lui proposer de rejoindre l’Entente Nationale des Luthiers et Archetiers, une société qui réunit les artisans vers un objectif d’échange et de bonne entente.


Kun Super : Une épaulière discrète mais tellement indispensable qu’on en oublie sa présence


Un nouveau modèle d’épaulière encore plus ergonomique que le premier est annoncé et le moins que l’on puisse dire c’est que ce défi est relevé avec brio. Le mécanisme de réglage de Kun Super n’est pas seulement pratique, il est aussi super fin. Les professionnels ne pouvaient pas rêver mieux lorsqu’il s’agit de voyager pour assurer une représentation. L’utilisation de matériau de composite confère une légèreté à l’ensemble du dispositif qui s’adapte à des violons et altos de taille enfant et ce même avec la présence d’une mousse à haute densité qui contribue à améliorer leur confort pendant la session de jeu. Grâce à cette caractéristique, Kun ne répond pas seulement aux besoins des violonistes adultes les plus exigeants mais aussi aux plus jeunes qui ont parfois du mal à supporter le poids d’un instrument tout équipé. Cette préoccupation est levée avec le modèle que l’on nomme « Super » car en tout état de cause, il porte bien son nom !


L’audace de Joseph a porté ses fruits et l’homme laisse derrière lui un empire qu’il a construit aux côtés de sa femme. À ce jour, elle continue de faire tourner l’entreprise de son défunt mari disparu en 1996. L’épouse a d’ailleurs été présentée dix ans plus tard comme l’une des meilleures femmes entrepreneurs du Canada par le magazine Profit.


Plusieurs modèles se sont succédés après la mort de l’archetier : Bravo, Voce et Solo ont en effet conquis un large public étant donné qu’ils sont plus modernes et donc plus performants.


Kun Bravo : Un nom qui rend hommage au talent de son créateur


Violon.com vous propose le premier de cette liste qui est surtout atypique dans le sens où il s’accorde, pour une fois, parfaitement à l’esthétique des instruments qui sont dans la grande majorité composés de bois. C’est bien ce matériau dont il est question et plus précisément d’érable, un bois dur que l’on retrouve généralement pour le dos d’un violon, d’un alto ou d’un violoncelle, etc. L’authenticité représente un critère pour de nombreux individus si ce n’est autant que le côté innovant qu’ils recherchent dans un produit. L’épaulière Bravo prend en compte ces deux aspects car en plus de d’être en bois il est muni d’un système de verrouillage breveté lequel garantie un excellent maintien. Les pieds sont d’ailleurs repliables, permettant ainsi de trouver une place de choix pour cet accessoire dans n’importe quel étui ou housse. Du caoutchouc de haute technologie contribue quant à lui à renforcer l’adhérence afin que le musicien soit confortablement installé. Quelle que soit la morphologie de ce dernier, le dispositif ni ne bouge ni ne s’use.


Vous connaissez désormais l’histoire de Joseph Kun et de sa femme Marina. L’artisan a reçu le soutien qu’il méritait de part et d’autre et a su saisir sa chance en changeant de cap vers Le Nouveau Monde. Il a su prouver son talent au monde entier c’est pourquoi notre équipe tenait à vous parler de sa grande ambition. Désireux quant au fait d’utiliser l’une de ses créations, vous hésitez entre plusieurs modèles ? Contactez-nous sans attendre et nous répondrons à vos questions dans les plus brefs délais !


Vous pouvez également lire :

 
  En cours de chargement...