Menu

Service client : Clément Emilie Alexandre au 05 63 51 18 26

mail
Livraison offerte dès 75€ de commande et sur toutes les cordes (France métropolitaine)

Cordes violon en boyau

Les cordes en boyau, fabriquées à partir d'intestins de mouton ou de bœuf, offrent une sonorité chaleureuse et profonde et un confort de jeu agréable. En effet, leur tension est moindre et le jeu plus souple sous les doigts.

Ces cordes demandent une plus grande technicité d'archet, s'usent plus rapidement et demandent à être accordées plus souvent. C'est la raison pour laquelle, aujourd'hui, de nombreux violonistes optent pour les cordes en acier ou synthétiques.

Les musiciens qui jouent avec les cordes en boyau, notamment dans la musique baroque, ne souhaitent généralement pas en changer tant ils aiment leur timbre chaud, la richesse en harmoniques et la souplesse de jeu qu'elles accordent.

Par ordre décroissant
Par ordre décroissant

Cordes violon en boyau

Des cordes de violon traditionnelles


Les cordes de violon en boyau se composent de la façon suivante :

  • Les deux cordes les plus fines, les aigus, sont en boyau nu
  • Les deux plus épaisses, les graves, possèdent une âme en boyau filée avec de l'argent et sur chaque extrémité, un fil de soie

Ces cordes, autrefois fabriquées à la main avec des méthodes anciennes, ont pour propriétés un timbre clair et riche avec une sonorité délicate. Elles sont aujourd'hui principalement jouées par des musiciens baroques. Ces cordes en boyau présentent une tension plus faible que les cordes en acier ou synthétiques et sont, par conséquent, plus confortables à jouer car plus souples. Même si elles sont d'une grande qualité, qu'elles émettent une belle sonorité chaude et riche en harmoniques, elles nécessitent un jeu d'archet exigeant de la part du violoniste.

Ce sont aussi des cordes qui sont plus sensibles à l'humidité, prenez soin de surveiller le taux et de conserver votre violon dans de bonnes conditions pour obtenir le meilleur des cordes en boyau et de votre instrument.


Une fabrication à la main


Les cordes en boyau sont fabriquées à partir d'intestins de mouton ou bœuf et mesurent environ une vingtaine de mètres. Ils arrivent sur le lieu de fabrication vidés, nettoyés et salés. Nous allons vous décrire les différentes étapes de façonnage des cordes en boyau, à la manière traditionnelle. Aujourd'hui, des machines aident lors de diverses manipulations.

Au départ, les boyaux sont trempés en eau froide durant un ou deux jours pour aider au décollement des saletés. Suite à cela, au moyen d'un morceau de bambou fendu en deux, une personne gratte la partie extérieure du boyau afin d'éliminer la graisse et certaines membranes.

Durant une semaine et environ cinq fois par jour, le boyau est imbibé dans une solution alcaline pour le ramollir. Pour obtenir uniquement un tube de muscles transparent, il est tiré entre les doigts et un dé en cuivre. C'est à ce moment précis qu'une machine le coupe en deux largeurs non équivalentes :

  • Les cordes de violon seront fabriquées avec le côté fin
  • Les cordes de violoncelles ou contrebasses seront élaborées avec le plus gros côté

Vient alors l'étape du découpage en morceaux de sept mètres de long, blanchis durant quatre jours pour éviter qu'il ne deviennent marron. Pour le Mi d'un violon, six lanières sont nécessaires et cela peut aller jusqu'à 120 lanières pour la plus grosse corde de contrebasse !

Les lanières sont nouées entre elles sur leurs extrémités et sont attachées à un métier destiné à les torsader et former ainsi une corde résistante. Un taux d'humidité constant est maintenu jusqu'à la pose sur le séchoir. Les cordes sont surveillées en permanence individuellement, il n'existe pas un temps de pose précis, c'est l'œil expert des fabricants qui indique le bon moment. En séchant, le corde voit son diamètre rétrécir. Elle s'allonge et perd de la tension.

On renouvelle l'étape de torsade autant de fois qu'il le faut pour enfin la stabiliser. Et cela peut durer sept jours ! C'est un travail qui demande de la patience. La corde est considérée comme prête dès lors qu'elle est dure, bien solide et à peine jaunie.

Pour la rendre lisse et homogène, elle est frottée sur son long avec du crin qui équivaut de nos jours à un papier de verre à gros grain, et ensuite avec un tissu imbibé d'huile d'olive ou d'amande rempli d'herbe sèche. Enfin, les cordes sont enlevées du séchoir et découpées aux longueurs adéquates.

Les cordes de basses sont enveloppées dans du fil d'argent, ce qui les rendent plus lourdes et leur confèrent un son grave. Les cordes sont prêtes à être emballées.


Les différences entre le violon baroque et le violon classique


Comme précisé précédemment, les cordes en boyau sont surtout montées sur les violons baroques. D'où la question des différences entre le violon classique et le violon baroque.

Le violon baroque est l'ancêtre du violon classique. Il a évolué au fil du temps au gré des exigences des violonistes et des époques. Aujourd'hui plus rares, voici les principales modifications opérées :

  • Les cordes
    Les cordes d'origine sont en boyau de mouton. Rapidement, les cordes se sont développées et sont apparues les cordes en acier et synthétiques, beaucoup plus stables et moins sensibles à l'hygrométrie.
  • La touche
    La touche, fabriquée à partir de buis ou d'érable, s'est affinée et ses lignes sont plus rondes. De nos jours c'est l'ébène qui prédomine, un bois plus dense et plus solide, davantage adapté aux cordes en acier.
  • La barre d'harmonie
    La tension étant de plus en plus importante, notamment à cause du changement de cordes, l'ossature du violon a également été transformée. La barre d'harmonie est dorénavant plus longue et plus épaisse pour soutenir le tout.
  • L'âme, le manche, le chevalet et la corde vibrante
    Tous ces éléments ont aussi subi des transformations au cours des siècles. L'âme était plus imposante sur le violon baroque, le manche, plus court et plus large; enfin, le chevalet était plus bas et plus épais. Quant à la corde vibrante, elle s'est allongée au fur et à mesure.

Nous n'avons pas parlé de la mentonnière, et à juste titre, car sur le violon baroque il n'y en avait pas. Pour finir, nous abordons l'archet, quelque peu différent de l'archet que nous avons pour habitude de manier à l'heure actuelle. L'archet baroque est plus léger et est de forme et de longueur différente (voir photo ci-dessus).

 
  En cours de chargement...