Menu

Service client : Clément et Alexandre au 05 63 51 18 26

mail

Livraison gratuite ds 75 euros de commande et sur toutes les cordes

Histoire de l’archet violon

Comme pour le violon, la structure des archets a évolué au fil des siècles. Les premiers archets datent de l'Empire byzantin du milieu du Ve siècle. Ces archets primitifs étaient convexes comme un arc de tir à l'arc. Au début, ils étaient fabriqués grossièrement, le crin de cheval étant attaché directement au bâton sans se soucier de la tension. Avant l'époque baroque, la grenouille était un morceau de bois courbé attaché à l'archet qui ne servait que de rail pour guider les crins et les maintenir séparés du bâton. Le pouce servait à mettre de la tension sur l'archet tout en jouant.

Pendant tout le Moyen-âge, ces archets rudimentaires n'ont pas changé. Le violon tel que nous le connaissons n'avait pas encore été inventé, donc ces archets étaient utilisés pour jouer d'anciens instruments comme le rebec et le violon médiéval ou la vielle. Vers le début du XVIe siècle, on pensait que les instruments étaient moins importants que le chant. Ces ancêtres du violon étaient principalement utilisés comme instruments rythmiques pour accompagner la musique vocale et pour consacrer du temps à la danse lors des fêtes et mariages. Les étraves de l'époque n'étaient courtes que d'environ 20 à 30 centimètres de longueur. Ils étaient tenus d'une manière tout à fait différente de l'archet moderne en utilisant un poing fermé.

L'arc baroque

À l'époque baroque, les techniques de jeu se sont développées et la structure de l'archet a dû être modifiée pour améliorer le contrôle. Au début, les premiers virtuoses du violon continuaient à jouer avec les archets rebec et vielle de la fin du Moyen Age. La musique baroque française ancienne était semblable à la musique de danse de la Renaissance, de sorte qu'il y avait peu de changements dans la construction et la technique de l'archet.

Des modifications ont été apportées à la construction de l'archet baroque plus long. La hauteur de la tête a été augmentée pour mieux répartir le poids et obtenir une meilleure jouabilité sur toute la longueur de l'archet. La courbe convexe de l'étrave s'est atténuée jusqu'à ce qu'un arc légèrement droit à concave ait évolué. Pour augmenter la tension des poils, une grenouille détachable a été inventée jusqu'à ce que le mécanisme à bouton, œillet et vis devienne standard. Les archets de l'époque étaient esthétiquement sophistiqués. Ils étaient faits de beaux bois tels que le bois de serpent, le bois de fer et le bois de porcelaine et pouvaient être sculptés avec des cannelures. Les grenouilles et les têtes ont été décorées et façonnées en une variété de motifs fantaisistes. Les archets baroques n'avaient pas de normes uniformes, mais une gamme de formes et de dessins.

Par rapport aux archets modernes, les archets Corelli étaient plus courts et plus légers, en particulier à l'extrémité. De plus, le point d'équilibre est plus proche de la grenouille, les poils produisent plus et le ruban de poils est seulement d'environ 6 mm contre 12 mm.

L'arc classique

À la fin du XVIIIe siècle, on a de nouveau vu l'archet se transformer. Comme à l'époque baroque, c'est la musique elle-même qui en est à l'origine. Beaucoup d'autres compositions étaient en cours d'écriture pour violon solo. Le son du violon devait devenir plus affirmé pour gérer de grands espaces comme la salle de concert et l'accompagnement des orchestres symphoniques. Le virtuose devient de plus en plus populaire dans le monde musical de l'époque. Cette inclination s'inscrivait dans le cadre d'un intérêt croissant pour le concept de génie. Ces virtuoses étaient réputés pour leur technique d'archet à multiples facettes. La construction de l'archet devait pouvoir accueillir des compositions plus puissantes. L'arc a été changé pour améliorer la résistance à la rupture.

L'époque classique était connue pour les archets de transition. Parmi ceux-ci, l'"archet Cramer" (du nom du violoniste Wilhelm Cramer) a été favorisé par les grands solistes entre le modèle Corelli-Tartini et la création de l'archet Tourte. L'"Archer Cramer" avait une tête haute et en forme de marteau, une grenouille à clipser et un solide bâton concave. Le ruban à poils de cet archet était plus large que celui du modèle Corelli, mais il était encore étroit par rapport à celui d'une Tourte. Dans d'autres aspects de l'évolution de l'arch, John Dodd (1752-1839) a développé une nouvelle technique pour fendre le bois qui a augmenté la résistance du manche à la rupture. L'introduction d'une glissière métallique par Christian Wilhelm Knopf (1767-1837) a éliminé un point faible crucial du mécanisme à vis de l'archet de style baroque.

François Tourte

Entre 1785 et 1790, François Tourte commence à travailler sur le métier d'archet de violon. De nombreuses caractéristiques de l'archet moderne ont été les innovations de Tourte. Il a travaillé avec le grand virtuose du violon Giovanni Battista Viotti pour modifier la conception et la structure de l'archet. Tourte a utilisé les mathématiques pour calculer les meilleures proportions pour l'archet. Tourte a allongé l'archet. Il a utilisé plus de bois dans la pointe qui a été contrebalancé par un écrou plus lourd. L'arc était donc plus lourd que la version baroque, et, avant que Tourte ne commence à travailler sur l'archet, il a été coupé à la forme désirée. Ceci a donné peu d'aide à la tension des poils. Tourte a utilisé la chaleur pour plier le bois de permanbouc qui a donné une tension plus précise à la crosse. Il a mis au point le mécanisme de remontage qui serre l'archet ainsi que le bloc d'écartement qui maintient les poils dans un ruban plat et empêche tout emmêlage. Le ruban de poils d'un arc Tourte était plus large que celui d'un arc Corelli. Tourte considérait la grenouille comme une chose précieuse et fabriquait ses grenouilles en ébène, or et écaille de tortue. Il a également standardisé l'ornementation de la grenouille et recouvert les mécanismes d'une sous-glissière en nacre ainsi que d'une incrustation d'un "œil" en perle de chaque côté.

Les arcs de Tourte avaient un équilibre parfait et leur réponse était rapide et agile grâce à un archet concave fort. Ses archets permettent une plus grande portée en dynamique et en projection. Ils ont permis une plus grande variété de techniques d'archet allant du cantabile complet avec des phases longues et soutenues jusqu'aux dernières techniques de spiccato comme la sautille, le saltando et le ricochet. Tourte a été qualifié de "Stradivarius de l'archet", ce qui est très élogieux si l'on considère la contribution qu'Antonio Stradivari a apportée à la construction du violon.

Après Tourte

Pour les archers (ou archetiers) qui ont suivi Tourte, l'ébène est devenue la norme. François Lupot a amélioré la version Tourte en ajoutant une glissière métallique pour renforcer les bords fragiles en ébène de la grenouille et lui donner plus de stabilité. Jacques LaFleur (1757-1853) a inventé une méthode de fixation des mèches de crin qui met fin à la mortaise, au tampon et à la cale classiques. Jean-Baptiste Vuillaume utilisait une virole ovale qui élargissait et aplatissait le ruban de mèches lorsque le violoniste montait la pression. Les grenouilles ont continué à être décorées d'écaille de tortue et d'ivoire au XIXe siècle et au début du XXe siècle. Finalement, l'utilisation de l'écaille de tortue et de l'ivoire a été réglementée par la Convention sur le commerce international des espèces menacées d'extinction. Si l'ivoire est maintenant utilisé, il provient de l'ivoire fossile.

L'archet du violon a peu changé depuis qu'il a été perfectionné par Tourte. Les développements récents dans la fabrication de l'archet ont été peu nombreux à l'exception de l'utilisation de matériaux composites. Les archets en fibre de verre ont été vus pour la première fois dans les années 1960, et les archets en fibre de carbone ont commencé à être fabriqués au cours des années 1990. Au début, ces archets composites étaient des modèles étudiants bon marché, mais certains des archets en fibre de carbone de haute qualité sont comparables à de fins bâtons de permambouc. Les archets composites sont devenus plus répandus en partie à cause d'une pénurie de bon pernambouc. Malheureusement, l'expansion de l'agriculture a empiété sur les endroits au Brésil où la césalpina echinata est cultivée.

En savoir plus :

 
  En cours de chargement...