Menu

Service client : Clément et Alexandre au 05 63 51 18 26

mail

Livraison gratuite ds 75 euros de commande et sur toutes les cordes

Les différentes parties d’un archet

Pour un violoniste, l’archet est un élément primordial ne pouvant être considéré comme un simple accessoire. Ce sont ses crins tendus qui déclenchent une vibration des cordes et génèrent un son. Il est adapté à la taille du violon et du musicien et sa qualité et ses matériaux évoluent en fonction des progrès du violoniste. Même s’il peut être l’objet d’innovations, il reste cependant presque toujours fabriqué sur la base du même modèle et les parties qui le composent sont identiques depuis les changements effectués par l’archetier François Tourte à la fin du 18ème siècle. Celui-ci a expérimenté de nombreuses formes et a mis en place le format moderne, que l’on rencontre le plus souvent aujourd’hui, permettant de servir au mieux le son de l’instrument.

Pour le décrire simplement, l’archet est composé d’une mince baguette en bois assortie d’une mèche de crins tendue d’un bout à l’autre. L’archet de violon artisanal est d’une fabrication minutieuse et comporte de nombreuses parties, dont chacune revêt une utilité et une importance particulière.

La tête de l’archet

Extrémité haute de l’archet, ce qu’on appelle la tête ou la pointe lorsque l’on joue est une partie de la baguette. Elle est taillée très soigneusement et reçoit la mèche. La tête regroupe plusieurs éléments.

La plaque de tête

La plaque de tête est accolée à la tête de la baguette et lui sert de protection pour la rendre résistante aux chocs. Le matériau le plus utilisé est l’ivoire, très précieux. Mais selon le budget et la qualité de l’archet, on en retrouve également en os, nacre, argent, or ou encore bois rares comme l’ébène. Certaines têtes modernes peuvent également être recouvertes d’un polymère dont le travail et le caractère sont comparables à l’ivoire : le galalithe, moins cher et moins rare.

La mortaise de tête

La mortaise de tête est la partie sur laquelle les crins de la mèche sont fixés, au moyen d’un taquet.

Le bec

Le bec désigne l’extrême pointe de l’archet.

Le dessous de cou

Le dessous de cou est la partie arrondie de la tête, située au-dessus de la pointe de la mèche. Cette petite section de la baguette est travaillée par l’archetier pour donner à l’archet une marque et un caractère uniques.

La baguette

La baguette est le composant central de l’archet. La qualité de l’archet de violon dépend principalement de cet élément. Très bien travaillée, elle apporte équilibre, solidité et souplesse. On la retrouve le plus couramment en bois de pernambouc, qui diminue les risques de cassure grâce à sa singularité qui est de ne pas faire de nœuds. Le bois de pernambouc est de couleur rouge sombre, très compact et flexible, ce qui le rend idéal pour le travail de l’archet. Son nom est tiré de la région « Pernambuco » située au Nord-Est du Brésil. Le pernambouc étant de plus en plus rare, on utilise également l’amourette, le massaranduba ou encore la fibre de carbone, qui sont de la même manière des matières souples et résistantes.

Nos archets avec baquette Pernambouc

Par ordre décroissant
Par ordre décroissant

Nos archets avec baquette Carbone

Par ordre décroissant
Par ordre décroissant

L’archet moderne est caractérisé par une baguette de forme convexe, légèrement courbée vers l’intérieur, alors que celle de l’archet baroque était très courbée vers l’extérieur. L’archetier travaille la baguette droite à chaud pendant quelques minutes afin de lui donner sa cambrure. Elle doit rester bien droite afin de permettre une bonne manipulation par le musicien. Afin de vérifier cette rectitude, il suffit de voir si le talon, le milieu et la pointe de l’archet sont bien alignés.

La mèche

La mèche est la partie directement en contact avec les cordes de l’instrument. Les crins qui la constituent frottent la corde et produisent un son. Tout comme la baguette, la qualité de la mèche a une incidence sur la qualité du son. Elle est faite à partir de crins de cheval, le plus généralement de couleur blanche. On peut plus rarement rencontrer des mèches brunes, blondes ou grises. Les crins sont prélevés sur des chevaux hongres ou étalons issus principalement de Mongolie ou de Sibérie. Certains matériaux sont développés pour remplacer le crin de cheval, mais c’est ce dernier qui fait encore l’unanimité en termes de qualité de son. En fonction du type de crin, de l’archet et du musicien, on peut compter entre 80 et 180 crins pour une mèche d’archet moderne de violon.

Crin pour archet violon

La mèche est tendue de la hausse à la tête de l’archet, à l’aide du bouton. La tension s’adapte en fonction des goûts, besoins et morceaux joués par le violoniste. L’accroche et l’adhérence de la mèche sur les cordes est favorisée par la colophane, fabriquée en résine de pin séchée, qui permet de déclencher la vibration de la corde. Le crin se change facilement par un professionnel.

La poignée de l’archet

La poignée de l’archet, comme son nom l’indique, est la partie par laquelle le violoniste tient l’archet. C’est l’autre extrémité de l’archet, qu’on appelle également le talon. À l’instar de la tête, elle contient plusieurs éléments.

La hausse

La hausse est un élément important entrant en jeu dans la mécanique de l’archet. Elle est positionnée à angle droit par rapport à la baguette. La hausse est amovible et est fixée à la baguette au moyen d’une longue vis. Coulissant grâce au bouton, elle agit sur la tension de la mèche. On la rencontre en plusieurs matériaux, en métal, palissandre, ébène, bois de rose, os, ivoire ou encore écaille, même si l’ébène reste le plus utilisé.

Les deux faces de la hausse sont ornées d’une pastille de nacre, qu’on appelle également grain de nacre ou œil parisien. Il s’agit d’un petit élément de décoration.

Le recouvrement

Le recouvrement est une petite pièce faite en nacre permettant de cacher le crin à l’intérieur de la hausse. La mèche passe par le « passant », constitué du même métal que le bouton (alliages ou métaux précieux), avant d’être fixée dans la mortaise de la hausse. Le recouvrement de nacre est situé sur la tranche extérieure de la hausse et permet de protéger la mèche.

Le bouton

Le bouton est l’élément permettant de régler la tension de la mèche. Il s’agit d’un cylindre relié à l’écrou ou vis situé à l’intérieur de la baguette et fonctionnant grâce à un mouvement de rotation amorcé par le violoniste. Le musicien peut le tourner dans un sens ou dans l’autre afin de détendre ou tendre la mèche en fonction de son besoin. Au niveau des matériaux, il peut être fabriqué en argent, en bois d’ébène, en ivoire ou à partir d’alliages métalliques divers. Afin de garantir une bonne rotation, il est conseillé de le badigeonner de graisse ou savon sec.

La poussette

Située juste après la hausse, la baguette est recouverte d’une partie en cuir que l’on appelle la poussette. Celle-ci est positionnée à l’endroit où le violoniste prend en main l’archet. Elle permet donc à la fois de protéger la baguette et d’assurer un plus grand confort au musicien.

La garniture

À proximité de la poussette se trouve la garniture, enroulée autour de la baguette sur quelques centimètres et consistant en un filament de métal, de soie ou d’argent très fin. Elle permet de protéger la baguette de l’usure et d’équilibrer le poids de l’archet.

En savoir plus :

 
  En cours de chargement...